Labiche Répétita

Du classique mais pas seulement !… Découvrez aussi, la demi-heure qui précède la représentation d’un vaudeville avec des comédiens survoltés.

Une compagnie professionnelle présente pour la 33e fois sa mise en scène de “La main leste” du grand vaudevilliste Eugène Labiche. Sans production, ils ont monté leur spectacle avec les moyens du bord et leur amour du théâtre. Malheureusement, ce soir, un dégât des eaux leur fait quitter la loge pour se préparer sur la scène. L’enthousiasme s’est émoussé, les quiproquos et les rancoeurs jaillissent.
Une journaliste est enfin dans la salle, la tension est vive au moment du lever du rideau… la représentation qui commence sera-t-elle une réussite ?

Texte: Coralie Lascoux puis Eugène Labiche
Mise en scène: Coralie Lascoux
Distribution: Matthias Bensa, Delphine Grand, Coralie Lascoux, Thomas Pelikan et Emilie Pfeffer

Spectacle actuellement à l’affiche !

Le Funambule Montmartre (Paris)
Réserver pour les prochaines représentations sur BilletRéduc.com

La bande annonce

Photos

Presse

Le Figaro

Vous reprendrez bien un peu de Labiche

Une jeune troupe reprend Labiche à son compte et à sa sauce au Théâtre du Funambule

Elles sont vaillantes et courageuses les petites troupes de France ! Qui s’échinent et se décarcassent avec deux ronds cinquante et trois bouts de ficelle pour brûler les planches et se cramoisir les ailes. Ces gens-là louent les salles à leurs frais, se costument et s’emperruquent comme ils peuvent, tractent et racolent… Quand l’un de leur spectacle sort du lot, il faut le dire. Nous le disons. La chose se passe sur les pentes de la Butte-Montmartre, station Lamarck-Caulaincourt, dont les escalators sont si durs aux miséreux. deux soirs par semaine, Coralie Lascoux, 18 ans d’auto production dans le baluchon, met un scène un Labiche. La Main Leste, comédie-vaudeville en un acte. mais plutôt que de commencer par la première scène, sa pièce débute une demi-heure avant le lever du rideau, alors que les comédiens déboulent en coulisses, haletants et désillusionnés. Celle qui se voyait Célimène joue les soubrettes: tel autre qui s’imaginait en Aiglon doit jouer les vieux, les messieurs. Chacun pourtant garde l’espoir qu’il tutoiera bientôt Michalik et invitera Vuillermoz à sa table. Ce n’est qu’une question de temps. De temps, la Compagnie L’Espoir fait vivre manque justement. A quelques minutes du lever du rideau, une comédienne manque à l’appel, qu’on remplace à la diable par la régisseuse. Plus grave, la porte censée claquer reste coincée, ce qui est embêtant pour un vaudeville… Tout ça sent le vécu, comme l’époisses sent les pieds. C’est habilement troussé et superlativement interprété… Oui, elles sont belles les petites troupes de France. Il était temps de la rappeler. PHILIBERT HUMM
L’article sur le site


Froggy’s deligth- le blog

C’est à un repas complet que Coralie Lascoux, auteure de ce “Labiche Repetita” convie ses spectateurs en leur proposant trois plats: d’abord, l’avant représentation avec installation des décors et prises de tête entre les différents protagonistes puis, la pièce d’Eugène Labiche “La Main Leste” suivie de leurs applaudissements nourris. Car les jeunes acteurs, dont ils louent le travail, ont dû voir et revoir “Le Père-Noël” est une ordure” et sont les dignes petits enfants de la bande du “Splendid”. On leur souhaite bien sûr la même carrière et, pour l’instant, ils en prennent le bon chemin: ils sont généreux dans le plaisir de faire rire et talentueux dans tous les registres qui y conduisent. Ainsi, leur arrivée, les uns après les autres, dans un théâtre pas vraiment en conformité avec les réglementations de base- avec ce jour-là un sérieux dégât des eaux- annonce une catastrophe. La metteuse en scène (dans le spectacle) a des montées de lait, la jeune première a des histoires intimes avec tout le monde et l’une des actrices n’a pas l’air pressée de venir…. Coralie Lascoux charge la mule…mais pas trop, et surtout, elle a réussi le lien entre “sa” partie et celle de Labiche. sans trop la flatter, elle a su écrire quelque chose qui s’adapte bien à son génial devancier. Elle récolte dans “La Main Leste”, les gags qu’elle a semés dans la première partie. En plus, elle a l’astuce de faire jouer Labiche non pas comme ses acteurs l’interpréteraient mais comme leurs personnages seraient censés le jouer, c’est à dire avec un talent moindre et une propension à une certaine emphase. On sait que chez Labiche il faut en faire beaucoup et l’on devine que là alors, ils en font vraiment beaucoup. Bref, c’est hilarant et l’on aurait presque envie qu’ils bissent ce court acte qu’est “La Main Leste” dont ils fournissent une version d’anthologie. Coralie Lascoux et ses partenaires, Matthias Bensa, Delphine Grand, Thomas Pelikan et Emilie Pfeffer méritent le déplacement. Dans “Labiche repetita” ils en sont à leur 33e représentation de “La Main Leste”, on leur prédit qu’ils vont pulvériser largement ce chiffre. PHILIPPE PERSON
L’article sur le site

Parcours

  • 2020 Le Funambule Montmartre – 20 représentations
  • Décembre 2020 La Royale Factory à Versailles – 3 représentations